Les inshortables Vol. 3 • DVD

Publié le 19 Mai 2017

Les inshortables Vol. 3 • DVD

Si la diffusion des courts métrages est multiple et s'adapte désormais à internet, leur édition vidéo se fait rare. Avec Les inshortables Vol.3 Outplay prolonge le Marais Film Festival en proposant sept films dont la thématique, entre questionnements, rejets et acceptation, aborde la question homosexuelle par le prisme de l'enfance ou de l'adolescence. Venus d'horizons différents, faisant tous preuve d'une ambition formelle assumée, les courts proposés se rejoignent dans la même volonté de témoigner par la fiction.

Le plus brillant d'entre eux, le plus long également, Beat beat beat (film allemand de Christin Freitag), installe une mécanique glaçante sur le harcèlement. Le récit suit un groupe de lycéens parmi lesquels Fabian, suiveur solitaire, assistant en silence à l'humiliation répétée de l'un de ses camarades, Jakob. La figure résignée mais stoïque de Jakob sert de miroir aux questionnements de Fabian jusqu'à ce que l'acte de trop lui permette de prendre parti. Le scénario habile, ni victimisant ni manichéen, porté par une mise en scène sensible et des comédiens convaincants nourrit un film riche et malaisant qui n'est pas sans évoquer le cinéma d'Haneke.

Deux films évoquent plus directement l'enfance, Dégonflé de Dustin Shroff dans lequel un petit garçon rêve de ballons roses et Au dernier étage d'Edgar A. Romero qui narre l'amitié naissante entre un jeune garçon habitant chez ses grands-parents et leur voisine transexuelle. La prise de conscience par les deux enfants des règles de normalité des adultes y est montrée avec sensibilité et justesse.

19 ans de Madeline Kelly frappe par sa singularité. Il met en scène un jeune homme de 19 ans qui s'offre les services d'un prostitué pour perdre sa virginité. L'approche originale et la singularité du jeune homme donnent à ce film australien une dimension dramatique forte et troublante.

Installant des flash-back sur une courte durée afin de faire écho au présent, I really like you de Jason Karman s'aventure dans le cinéma de genre avec un film dont la fin attendue n'en est pas moins efficace.

Deux films s'avèrent moins réussis que les autres, l'un traitant de l'homosexualité refoulée sans éviter ni clichés ni sentiment de déjà-vu (Le sacre du printemps de Glen Wood dont la belle mise en scène ne sauve pas le scénario convenu), le second abordant les premiers élans amoureux de manière un peu trop retenue et fade (Un après-midi de Soren Green).

La qualité et la variété des traitements l'emportent donc et confortent le choix des festivals et des éditeurs de diffuser des courts métrages qui sonnent parfois comme des promesses.

> DVD édité par Outplay

Rédigé par Pierre Guiho

Publié dans #DVD-BR, #Bons coups, #Court métrage

Repost 0
Commenter cet article