Valse avec Bachir

Publié le 1 Juillet 2008



Ce film atypique nous propose deux niveaux de lecture. Il évoque bien sûr la situation tendue entre le Liban et Israel dans les années 80, celle des réfugiés Palestiniens, la complexité d'une guerre sans nom et le massacre de Sabra et Chatila. Mais ce film est avant tout un travail sur soi, le travail du réalisateur, Ari Folman, pour retrouver la mémoire. Et pour cela, il va partir à la rencontre d'hommes qui ont combattu au Liban en même temps que lui.

Les premières images, celles du cauchemar d'un ami du narrateur qui va tout déclencher, sont saisissantes. On se redresse sur son siège en se disant qu'il se passe là quelque-chose de nouveau. L'animation est incroyable. Tour à tour riche, colorée, bicolore ou minimale, elle met à jour des sentiments insolites. Nous sommes en effet devant un film documentaire, ou plutôt une sorte d'autobiographie filmée, mais le choix d'en faire un film d'animation, de part sa stylisation, modifie notre perception. L'animation permet avant tout de montrer des images qui n'existent pas parce qu'elles n'ont pas été filmées. Ainsi, en mettant les faits en scène, le film les met en images pour la première fois. De même, tout le travail de mémoire et d'introspection auquel le réalisateur se consacre, est merveilleusement traduit par le procédé adopté. On en apprend davantage sur la manière dont la mémoire travaille dans une situation post-traumatique. La guerre envoie des jeunes hommes tirer sur des inconnus et se faire tirer dessus. Puis ils rentrent chez eux et se débrouillent pour vivre avec tout ça.

Le véritable traumatisme du narrateur est lié au massacre de Sabra et Chatila. En fin de film, la mémoire revient, les nœuds se dénouent, les explications font surface. C'est aussi la fin du film qui marque les limites du procédé. Les images réelles nous frappent avec une telle violence qu'on se rend compte que l'animation nous a placés légèrement en retrait du récit. Un léger bémol, cependant, pour un film ambitieux et unique.

Rédigé par pierreAfeu

Publié dans #Bons coups

Repost 0
Commenter cet article

Armelle 08/07/2008 13:50

Incroyable que ce film n'ait pas été primé au dernier festival de Cannes. A l'évidence, c'est le long métrage dont on parle, qui frappe l'esprit et qui sort du lot assez médiocre de ces derniers mois.
Par ailleurs, merci de tes commentaires toujours pertinents. L'intérêt de nos blogs, n'est-ce pas l'échange ? Peu importe que l'on soit ou non du même avis, l'intérêt, pour nos visiteurs, est que l'on ouvre des pistes, que l'on propose des thèmes divers et que l'on sache les exposer et argumenter. A bientôt.

Devil Djo 01/07/2008 10:30

ça me tente vraiment bien ce film! Je crois que j'irais le voir cette semaine!