La question humaine

Publié le 23 Septembre 2007

Voilà un film qui met vraiment en colère. J'avais très envie de le voir en me disant qu'enfin un film français allait s'attaquer au mal ambiant, en nous démontrant que le libéralisme EST le nouveau totalitarisme, et le pire de tous puisqu'il est planétaire. Au lieu de ça, on nous inflige un spectacle abscons, qui a tout faux dès les premières minutes avec une voix off récitant les premières pages du récit dont il s'inspire : à quoi bon adapter un livre si c'est pour le lire à haute voix sur des images ? La démonstration se transforme vite en eau de boudin tant les ficelles sont grosses. Des dialogues improbables, tellement littéraires qu'ils ne passeraient même pas au théâtre, une "enquête" incompréhensible dont on finit par se désintéresser, un personnage principal qui se "transforme" mais dont on se sent de plus en plus éloigné... Un vrai gâchis, d'autant plus regrettable que le film possède de vraies qualités, et son metteur en scène un vrai talent : l'ambiance pesante aux couleurs ternes, allant du gris au marron en passant par le bleu, la composition d'Amalric (toujours bon quoiqu'il fasse) et un sens du cadre très maîtrisé. Mais de beaux plans, de bonnes intentions, une esthétique "cinéphile" ne suffisent pas à faire un bon film. A croire qu'on a ici oublié l'essentiel : pour emporter l'adhésion, un film doit d'abord intéresser.

Rédigé par pierreAfeu

Publié dans #Mauvais coups

Repost 0
Commenter cet article