Phénomènes

Publié le 16 Juin 2008



Le cinéma de Shyamalan a toujours joué sur la corde raide : oscillant entre démonstrations pesantes, scènes édifiantes, sous-textes appuyés et convictions désarmantes, ses films démontrent tout de même qu'il est un vrai cinéaste suivant un chemin pour le moins personnel. Sans remettre en cause la sincérité de ses propos, on ne peut s'empêcher de penser que ceux-ci riment souvent avec naïveté. Cela apporte, au mieux, de la fraîcheur à un cinéma d'anticipation qui en manque souvent. Mais le cinéaste oublie que la niaiserie n'est jamais très loin : les fins d'Incassable ou de Signes sont là pour le prouver.

Comme tous ses films, celui-ci commence plutôt bien, même si l'on a du mal à faire abstraction de la très moyenne version française (pas de séance en VO à Nantes). Des types tombent d'un immeuble en construction, une fille se plante une aiguille à tricoter, faisant jusqu'alors office de pince à cheveux, dans le cou. L'explication est rapidement donnée : la nature répond chimiquement à toutes les agressions de l'homme en le poussant au suicide. Pourquoi pas ? S'ensuit un exode genre La guerre des mondes mais en beaucoup plus calme. C'est peut-être là que le bât blesse. La mise en scène ne suit pas. Il manque du souffle (malgré celui qui fait bouger les feuilles des arbres), de l'ampleur, du lyrisme peut-être. Pour faire vivre la nature, même si on ne possède pas le génie de Terrence Malick, il faut être à l'écoute, se mettre au plus près d'elle. Aussi suit-on les aventures de nos héros sans trop d'intérêt, avec même de l'ennui quelquefois. Le film semble long alors qu'il ne l'est pas, le sentiment de mollesse étant amplifié par une histoire de couple pas très captivante… Voici donc un film qui aurait dû marquer les esprits et qu'on oubliera vite. Dommage.

Rédigé par pierreAfeu

Publié dans #Mauvais coups

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Qux 09/07/2008 21:06

J'ai bien aimé, Mark Wahlberg est excellent et l'histoire interressante ; ça rattrape le décevant "la jeune fille de l'eau"