Peur(s) du noir

Publié le 16 Février 2008



Je ne connais rien à la bd et à vrai dire cet art ne m'intéresse pas. Les quelques albums que j'ai lus m'ont souvent semblés pauvres en scénario. Evidemment, un film d'animation c'est autre chose, même si ses auteurs sont d'abord des auteurs de bd. Le magnifique Persepolis a sans doute ouvert la voie à des projets artistiquement ambitieux. Peur(s) du noir fait partie de ceux-là. D'abord parce que ce n'est pas une simple réunion de courts métrages mis bout à bout : les récits se croisent, s'entrecroisent, certains livrés d'un bloc, d'autres fragmentés, se livrant au fur et à mesure du film. Chaque histoire a bien sûr son esthétique propre avec pour points communs la peur et le noir et blanc.

C'est graphiquement magnifique, surtout les volets de Blutch et de Richard McGuire. Certains récits sont plus captivants que d'autres, mais tous s'inscrivent dans une continuité artistique parfaitement cohérente. Et puis il y a les parenthèses de Pierre di Sciullo : sur un fond abstrait, l'extraordinaire voix de Nicole Garcia nous expose des peurs contemporaines sur un ton à la fois profond et drôle. C'est autre chose que les pubs pour HSBC !!!

Un mot encore sur la bande son, tout à la fois minimaliste et riche, les voix de Guillaume Depardieu ou d'Arthur H, de terrifiants grognements de chiens, une BO magnifique... Un beau film ambitieux sans être élitiste, des histoires qui parlent à tous, une production française dont on peut être fier.



Rédigé par pierreAfeu

Publié dans #Bons coups

Repost 0
Commenter cet article

Devil_Djo 17/02/2008 20:14

Moi j'ai vraiment étais déçu...Mise à part de superbes images...Le film ne m'a pas emballé...J'ai failli m'endormir (vraiment)...La 1ere histoire avec les insectes est pompée à mort sur Lucky Mc Kee pour son metrage des masters of horror. Avec le crocodile: trop pompé sur Burton...Et la touche japonnaise pour dire de pas etre originale jusqu'au bout...
Quelques idées de génies...mais un ensemble trop bof...Dommage...