Paris

Publié le 27 Février 2008



Succédant à deux films sans intérêt (Les Poupées russes et Ni pour, ni contre etc) et précédé d'une bande annonce insipide, Paris s'annonçait comme le remake de Fauteuils d'orchestre par Lelouch. Dire que je pensais voir un film nul est donc un euphémisme ! Et là, oh surprise, j'ai plutôt passé un bon moment. Pourtant le dernier Klapisch dure un bonne 1/2 heure de trop, accumule pas mal de clichés et laisse une bonne partie de ses personnages en route.

Paris d'abord : on a dit que c'était un Paris de carte postale. Pas du tout. C'est un Paris à hauteur d'homme, qu'il soit à son balcon, dans la rue ou sur la Tour Eiffel. Bon point donc.

Les personnages : trop nombreux, à peine survolés pour beaucoup et bien souvent pas assez distancés de leurs interprètes. La crise existentielle de Luchini, les collègues de marché de Dupontel, les top models à Rungis, le jeune camerounais en route vers la France, superflus. Idem pour le personnage de Cluzet ou celui de Mélanie Laurent, même si le rêve du premier et le charme de la seconde sont agréables à l'oeil.

Qui reste-t-il donc d'intéressant au milieu de tout ça ? Duris ? Pas vraiment. On croit peu à sa maladie et à son observation de la vie des autres. Il reste donc quatre personnages pour illuminer le film. Karine Viard d'abord, absolument irrésistible en boulangère raciste, drôle à se pisser dessus, excellente comme toujours. Julie Ferrier ensuite, très touchante, même si son destin est téléphoné. Albert Dupontel est lui aussi plutôt attachant dans un rôle d'homme doux et brisé. Juliette Binoche enfin. Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas vue au cinéma. La vacuité de beaucoup de ses interviews m'avait éloigné d'elle, à tel point que j'en avais oublié qu'elle était une bonne comédienne. Et ici c'est elle la meilleure. Son personnage de femme altruiste oublieuse d'elle-même mais toujours en quête d'amour, est très réussi. C'est à lui que Klaplisch aurait dû consacrer tout son film.

Paris est donc à moitié raté, ou à moitié réussi... C'est chacun qui voit.



Rédigé par pierreAfeu

Publié dans #Coups moyens

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

MiKLR37 06/03/2008 23:08

Si l'on se place sur le plan des perceptions, on passe un très bon moment. J'ai eu beaucoup de mal à trancher, en tant que critique (en me mettant dans un rôle de critique), à défaire la forme du fond. J'ai quelques reproches à faire sur la forme, parfois. Mais le fond m'a parfois fait rire, m'a ému et m'a profondément fait réfléchir. Parfois, rien. Donc comme tu le dis, soit à moitié réussie, soit à moitié râté, c'est exactement mon sentiment.

ffred 04/03/2008 22:46

Pour moi totalement réussi. Un film magnifique et des acteurs parfaits...Mon coup de coeur de Février !

vincent 29/02/2008 12:23

A peu près d'accord avec tout ce que tu as écris même si je te trouves assez dur avec Klapisch.
Enfin ce film m'a bouleversé pour être honnête, et puis je ne suis pas objectif sur ce réalisateur. Tremblé est le mot juste j'en ai tremblé.
Même si le générique m'a laissé froid, trop carte postale.
Un bon point pour le lieu de tournage, le vingtième, très beau et authentiquement parisien.

Vincent.

chitka 28/02/2008 12:39

Heureux de voir que tu apprécies enfin Juliette Binoche :p

quaty 27/02/2008 22:28

Oui, tout à fait, Juliette est magnifique. Elle est d'une beauté naturelle éblouissante et Albert Dupontel, pour une fois ne joue pas les gros bras et cela lui va bien.