Lake Tahoe

Publié le 27 Juillet 2008



Voilà un film qui va se faire des ennemis. Ceux qui aiment qu'on leur raconte des histoires, ceux qui veulent de l'action, ne vont en effet pas s'y retrouver. Il est vrai que dès les début il accumule les "signatures" du film contemplatif et lent. Sans doute un peu trop. Longs plans fixes en cinémascope, noirs brutaux et impromptus, dialogues quasi inexistants... A moins de se laisser porter par les belles images et le parcours hasardeux du jeune héros à la recherche d'un garage, il est clair que certains vont rester sur le bord de la route.

Pourtant c'est de cette construction pesante, rythmée des rencontres de Juan, que va naître l'émotion. Les noirs deviennent peu à peu source de sens en laissant place à un son off de plus en plus riche, les solitudes des personnages se font de plus en plus criantes, la douleur du héros, enfin, lézarde peu à peu sa mine fermée. L'émotion gagne lors des scènes finales. Un film un peu raté donc, mais joliment sincère, sur l'adolescence et le deuil.

Rédigé par pierreAfeu

Publié dans #Bons coups

Repost 0
Commenter cet article