De l'autre côté

Publié le 10 Décembre 2007



Les êtres humains laissent des traces. Dans les cœurs, dans les esprits, sur les lieux qu'ils traversent. Fatih Akin déclare avoir voulu faire un film autour de la mort, la mort comme naissance. Il construit donc son(ses) histoire(s) dans l'avant et l'après des morts de deux des personnages. Difficile en vérité de classer ce film tant il est riche. En tissant les liens qui unissent ses personnages, le cinéaste aborde avec subtilité des thèmes aussi opposés, à priori, que l'amour filial, la solitude, les relations entre la Turquie et l'Allemagne (et entre la Turquie et elle-même), le tout dans un récit à multiples lectures qui atteint la prouesse de n'être jamais lourd, didactique ou larmoyant. Les chassés-croisés des différents personnages, leurs rencontres ou leurs non-rencontres, auraient pu sembler artificiels ou anecdotiques, or il n'en est rien : une narration limpide, des personnages complexes et profonds, des dialogues riches et jamais en trop, des comédiens, et surtout des comédiennes, absolument magnifiques (et quel plaisir de retrouver Hanna Schygulla…), donnent au film une dimension universelle profondément humaniste. Avec beaucoup plus d'humilité et de rigueur, "De l'autre côté" réussit là où "Babel" avait échoué : il touche au plus profond de notre être.


Rédigé par pierreAfeu

Publié dans #Bons coups

Repost 0
Commenter cet article