Les fils de l'homme

Publié le 20 Septembre 2007

Ça se passe en Angleterre en 2027. Presque tous les pays du monde sont ruinés et seule l'Angleterre tient encore à peu près le coup. Le pays vit fermé sur lui-même, et se protège en parquant les étrangers dans des zones périphériques. Le plus jeune habitant de la Terre, un jeune homme de 18 ans vient de se faire assassiner en Amérique du Sud… le plus jeune, oui, puisque depuis 18 ans, plus aucune femme n'a mis un enfant au monde. On apprend alors qu'un groupe clandestin a découvert une jeune femme enceinte. Theo (Clive Owen) est chargé de la protéger et de la mettre à l'abri.

C'est d'abord un excellent film d'anticipation et aussi un film d'aventure. On suit les protagonistes du film dans leur périlleuse fuite jusqu'à leur but : embarquer dans un mystérieux bateau qui doit les emmener dans une zone protégée.

C'est aussi un film brillamment filmé et mis en scène. Cuaron filme les scènes de guérilla urbaine avec un réalisme à couper le souffle. On tremble avec les héros, on est vraiment au cœur de l'action.

Et c'est surtout un excellent miroir de notre société actuelle. La grande force de ce film inspiré du roman de PD James est de nous projeter dans un futur très proche qui n'est pas si éloigné du monde actuel. Il existe déjà dans nos pays occidentaux des zones que l'état soustrait à la loi du pays, des zones où l'on parque les étrangers pour des raisons de protection… on a connu ça en France, on connaît ça avec les USA à Guantanamo…

Comme dans tout film d'anticipation, l'état est autoritaire et la survie passe par des groupes clandestins qui agissent dans l'ombre. L'absurdité de la situation est ici poussée à son paroxisme… Par on ne sait quelle cause, mais on l'imagine aisément, les pays riches se sont cassés la figure, la peur est partout, chacun se replie sur soi et preuve que la fin est proche, l'homme ne peut plus se reproduire.

Le film revient donc à la source de l'humanité, la vie. Il faut protéger la jeune mère, elle porte le salut en elle. Qui plus est, la jeune mère est noire, ce qui complique encore plus l'aventure.

Le film évite l'écueil de la naïveté et des bons sentiments. Le héros n'est pas parfait, les groupes clandestins sont gangrènés par des luttes internes, et l'action rythme tellement le film qu'on n'a pas le temps de faire de jolis discours bien pensants. A noter la présence délicieuse de Michael Caine en vieux baba-cool fumeur d'herbe, figure d'un humanisme d'un autre temps (malheureusement).

Alors pourquoi ce film est passé inaperçu ? C'est toujours la question de la distribution qui est en cause. Ce film avait tout pour marcher : une histoire forte, une interprétation brillante, une mise en scène intelligente et efficace… C'est vraiment dommage de se rendre compte que lorsqu'un film ne bénéficie pas d'une promotion énorme, ou d'un casting de stars, ou encore d'un bouche à oreilles favorable, il est dès le départ voué à l'échec. Ce fut le cas récemment du très beau Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro, mais aussi du magnifique Lady Chatterley de Pascale Ferran…

Si les DVD servent à quelque-chose, ça doit au moins être à ça : redonner une seconde chance à un film qui le mérite !

Rédigé par pierreAfeu

Publié dans #Coups de coeur

Repost 0
Commenter cet article