Eldorado

Publié le 30 Juin 2008

Eldorado

On ne sait pas par quoi commencer tant ce film est bourré de qualités. C'est presque un modèle du genre. Partir de l'improbable rencontre entre un dealer de voitures américaines et un jeune ex-toxico handicapé de la vie, pour développer un road-movie burlesque et poignant dans une Belgique no-man's land, le tout avec une économie de moyens et de verbe, sans jamais tomber dans la caricature, constitue en soi un exploit que Bouli Lanners, réalisateur et acteur principal, relève avec une humilité et un appétit de cinéma dont certains "grands noms" devraient s'inspirer.

Le scope nous renvoie dans l'ouest américain sans jamais nous faire oublier que nous sommes en Belgique. La musique se joue du même écho sans jamais verser dans la parodie. Le prétexte, habilement exploité, ne tombe dans aucun travers du genre (pas de "bons mots", pas de scènes se voulant cultes avant même d'être vues, pas d'esbroufe). On suit la virée des deux héros avec une délectation sans cesse réalimentée par un scénario malin et formidablement écrit. On rit à se pisser dessus devant des scènes aux gags simplissimes, jamais appuyés, jamais surexploités. Toutes ces trouvailles burlesques rendent les personnages profondément attachants. Aussi, lorsque les scènes virent à l'émotion est-on pris au ventre, les larmes aux yeux devant tant de sincérité et de justesse. Là non plus, pas de surenchère mais une simplicité confondante.

Bouli Lanners, réalisateur précis et acteur épatant dans le rôle d'un bon gars profond et jamais niais, alterne plans contemplatifs, scènes comiques, moments d'émotion avec une maîtrise du tempo qui confère à l'ensemble une légitimité et une évidence indiscutables.

Voilà donc un film qui revisite les modèles du genre sans jamais tomber dans le vintage ou la parodie, qui sait donner du souffle à une histoire simple et des personnages que d'autres auraient vite fait transformé en caricature, faisant preuve à chaque instant d'une humanité non feinte et d'un sens du cinéma impressionnant, un film ovni, humble et culotté, simple et universel, un vrai bonheur, une réussite !

Rédigé par pierreAfeu

Publié dans #Coups de coeur

Repost 0
Commenter cet article

pL 04/07/2008 00:22

J'ai bien aimé, mais je trouve que ce film sent quand même le déjà vu. Mais il y a quand même de jolies scènes et des passages vraiment drôles.

dasola 30/06/2008 17:26

Bonjour PierreAfeu, Eldorado est le sujet de mon billet à paraître demain. Je pense qu'il a beaucoup plu à mon ami, je suis un peu plus réservée mais c'est très bien parce que cela sort de l'ordinaire. Bouli Lanners (Yvan) est un personnage attachant. On n'a jamais vu la Belgique filmée comme cela : grandiose. Film à voir de toute façon.

Snifff 30/06/2008 12:11

D'accord avec toi, même si peut-être un peu moins enthousiaste. Mais c'est une excellente surprise, en tout cas. Et le film contient cet "appétit de cinéma dont certains "grands noms" devraient s'inspirer", comme tu le dis si bien.