Darling

Publié le 20 Novembre 2007



Difficile de parler de ce film. Peut-être parce qu'il s'inspire d'une histoire vraie : le juger reviendrait à juger une personne. Si nous n'étions pas informés du caractère réel de Darling, sans doute aurions-nous du mal à croire à son histoire, tant le calvaire qu'elle endure est au-delà de l'imaginable. Et pourtant son cas n'est certainement pas un cas isolé. Aussi voit-on une petite fille maltraitée, puis une jeune femme mal dans sa peau, rêver d'ailleurs en regardant passer les camions sur la route nationale. Elle ne veut surtout pas devenir "paysante", c'est pourquoi elle refuse les avances du seul garçon qui la regarde avec tendresse. Et pourtant son désir est bien d'être aimée. Elle croit l'être quand elle rencontre "Romeo", qu'elle prend pour un rebelle, mais se rend vite compte qu'elle a épousé "un branleur". Il y a dans ce film de belles idées de mise en scène, une volonté constante de ne pas évoquer frontalement la souffrance de son héroïne. Entre onirisme et pudeur (le pire n'est jamais montré, juste raconté ou suggéré), la narration est constamment respectueuse, aidée en cela par un commentaire off très souvent décalé ou ironique. Mais la voix off est quelquefois de trop lorsqu'elle surligne ce que l'on voit à l'image, et c'est dommage. Néanmoins l'ensemble n'est jamais pesant, puisque la réalisatrice, tout comme celle dont elle raconte le parcours, refuse tout pathos. Marina Foïs suit la même ligne, dans un jeu sobre, juste et touchant (ajoutons que Guillaume Canet est lui aussi très juste sans en faire trop). La dernière scène est poignante, et c'est à ce moment-là seulement qu'on a les larmes aux yeux. Cela dit, malgré son indéniable sincérité, je ne peux pas dire que j'ai été réellement transporté par ce film. Je ne sais pas vraiment pourquoi : peut-être manque-t-il d'audace, comme si la réalisatrice n'était pas allée au bout de ses (nombreuses) bonnes idées. Au final, au lieu de voir un film qui prend aux tripes, j'ai simplement vu un film touchant. Sans doute n'est-ce pas assez lorsqu'il s'agit de la vie d'un être humain. D'où mes deux étoiles.

Rédigé par pierreAfeu

Publié dans #Coups moyens

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jade 07/12/2007 22:44

J'ai apprécié cette mise en scène sobre, l'insoutenable suggéré, jamais montré brutalement.La voix off ne m'a pas gênée, au contraire.Mais j'ai eu du mal à oublier que j'avais devant moi Marina Fois et Guillaume Canet, rien à redire à leur interprétation,mais je ne voyais pas les personnages à travers eux

pL 05/12/2007 23:50

Moi je trouve le film audacieux dans le sens où la réalisatrice réussit à signer un drame très très fort tout en insérant à de nombreuses reprises quelques touches d'humour. Un humour noir qui aurait pu être de mauvais goût mais qui finalement fait la force du film et lui donne un intérêt cinématographique supplémentaire. Ce film est un gros de mes coups de coeur de l'année.

PierreAfeu 04/12/2007 11:43

Quand je parlais d'audace, je pensais aux nombreuses idées poétiques ou oniriques que Christine Carrière touche du doigt sans toutefois les explorer vraiment.

Fritzlangueur 04/12/2007 10:55

Ben de l'audace dans ce cas de figure c'est justment de nous montrer la réalité brute, sans effets, sans ajoût...