Après lui

Publié le 20 Septembre 2007

Camille vient de perdre son fils dans un accident de voiture. Elle va se rapprocher de Franck, celui qui conduisait la voiture et que beaucoup considèrent que le responsable du drame. Voilà un sujet audacieux. Un travail de deuil particulier. La mère de la victime se prend d'affection pour le coupable, au risque de se mettre tout le monde à dos.

La grande intelligence du film, c'est de ne pas donner d'explications. Jamais Camille ne s'explique, ni auprès de sa famille, ni auprès du jeune homme. On ne sait jamais vraiment ce qu'elle cherche auprès de lui. Est-ce pour comprendre, revivre l'accident, se faire des images pour mieux faire le deuil ? Voit-elle en Franck un prolongement de son fils, un double qui lui permettrait d'atténuer sa peine ? Est-ce la matérialisation d'un amour oedipien inavoué ?

Donc on suit Camille, Camille qui s'impose littéralement dans la vie de Franck, s'intéresse à sa famille, sa vie, ses goûts, l'embauche dans sa librairie pour qu'il puisse gagner de l'argent et poursuivre ses études, l'épie, le suit, se fait omniprésente, étouffante.

Il y a dans ce film quelques scènes poignantes. Mais sans pathos superflu. notamment une scène entre Camille et sa fille qui se sent rejetée (Elodie Bouchez). Quelques scènes presque improbables, presque burlesques. Toutes reflètent le mal être de Camille, sa peine, sa détermination, sa perdition…

Bon, le film n'est pas parfait. Certains dialogues, trop écrits sonnent faux, le jeune Thomas Dumerchez qui joue Franck n'est pas toujours bon, certaines scènes ne vont pas assez loin… Mais c'est un film puissant, extrêmement touchant.

Et puis, ce film, c'est un rêve de cinéma. Le rêve de Gaël Morel qui a justement eu envie de faire du cinéma en voyant Deneuve à l'écran. Le rêve donc de faire tourner l'actrice.

On est loin de tous les clichés stupides véhiculés autour d'elle. Dans une récente interview, elle déclarait "au lieu de demander aux acteurs de parler, regardez-donc leurs films"… Et si on regarde les siens, de Bunuel à Téchiné, en passant pas Garrel, Ruiz, Ferreri ou Lars Von Trier… et aujourd'hui "Après lui", on se rend compte qu'on est vraiment face à une grande actrice !

Gaël Morel la filme au plus près. Beaucoup de gros plans où on voit les rides autour de ses yeux, de sa bouche, les joues qui tombent… On est loin des liftings. On est face à une femme de 60 ans qui ne cache pas son âge, qui joue, s'écorche aux arbres, ne craint aucune situation.

C'est donc un film à voir, pas totalement réussi, mais puissant et intelligent, et aussi un film avec Catherine Deneuve qui reste, 40 ans après ses débuts l'une de nos plus grandes actrices.



Rédigé par pierreAfeu

Publié dans #Bons coups

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ffred 29/09/2007 09:21

Si le film ne fait pas l'unanimité Catherine Deneuve elle, le fait. Elle est parfaite, touchante et émouvante. Une grande performance !

jade 28/09/2007 22:28

Oui c'est vrai, pas un film parfait mais bouleversant avec une Catherine Deneuve très émouvante.