99 F

Publié le 9 Octobre 2007



Je donne 2 étoiles parce que je suis gentil et parce que visuellement, le film de Kounen est une réussite. Seulement je me pose une nouvelle fois la même question : pourquoi adapter un roman si c'est pour le lire en voix off dès les premières images ? C'est le gros défaut de ce film qui est bien meilleur, plus fluide et plus libre, dès que cette foutue voix-off disparaît…

Pour le reste, de quoi s'agit-il ? D'une critique du milieu de la pub ? Oui, c'est ça… Et là, rien de neuf sous le soleil : on savait déjà que les décideurs étaient de gros cons imbus de leur personne, et les publicitaires des branleurs qui se roulent avec délectation dans le fric et la coke, comme des chiots dans la merde. La peinture se voudrait acide, provocatrice, dénonciatrice, elle ne fait qu'enfoncer des portes ouvertes.

Et puis, Beigbeder n'est pas, et ne sera jamais, Bret Easton Ellis. Et comme Kounen ne décolle pas du roman, il n'évite pas les clichés. Dujardin (excellent) a beau faire tout ce qu'il peut, Octave Parango n'est jamais sympathique ni profond : on se fout de sa crise existentielle, on se fout de ses amour ratées, on se fout qu'il se suicide ou pas…

C'est donc visuellement très réussi : le film utilise tous les codes de la pub, ce qui est à la fois légitime et efficace. C'est quelquefois drôle (mais ça aurait pû l'être davantage) mais ça manque véritablement de profondeur. Au final, voilà un film à l'image du milieu qu'il brocarde : une jolie coquille vide.

Rédigé par pierreAfeu

Publié dans #Coups moyens

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

laurisse 11/10/2007 22:21

bien d'accord, pas efficace ce film et cette voix-off... pfff... peu importe le livre, adapté au cinéma c'est justement changer de public !
vivement un autre film - un bon !

PierreAfeu 11/10/2007 11:18

Je continue à penser que tout texte (ou presque) peut se traduire en langage cinématographique. C'est ça, l'adaptation, me semble-t-il.

Fritzlangueur 11/10/2007 09:17

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi sur la voix off. C'est l'essence même du livre, et donc le film ne pouvait se traiter autrement. Je déteste aussi la facilité de ce type de narration cinématographique, mais là elle se justifie.