Festival CinéPride de Nantes 2018

Publié le 27 Mai 2018

Festival CinéPride de Nantes 2018

De quelle manière le cinéma nous représente-t-il ? Si la question concerne chaque spectateur.trice, elle résonne différemment dès lors qu'elle s'applique à une minorité. Miroir d'un monde dont il rend compte de mille manières, le 7e art procède souvent par identification, créant un lien intime et complexe entre la fiction et celui.celle qui la reçoit. Sous représentée, voire non représentée par le cinéma "grand public", la population LGBTI+ a appris au fil des générations à s'identifier par défaut aux personnages qui lui sont proposés tout en ressentant la nécessité d'un cinéma qui parle d'elle.

Pour sa quinzième édition, le Festival CinéPride de Nantes affiche plus que jamais sa volonté d’échange, d’engagement et de découverte autour d’une sélection de films évoquant chacun à sa manière la diversité de la représentation LGBTI+. Habilement construite, la programmation poursuit une double quête : proposer un cinéma qui "parle" au public LGBTI+ et rendre compte de formes cinématographiques répondant à la curiosité de tout.e cinéphile. À travers cette démarche, il s'agit à la fois d'affirmer une différence mais aussi de mettre en lumière des films qui pour la plupart sortent des circuits de distribution classique.

Parmi les sujets évoqués, celui de la famille se retrouve au centre de plusieurs films projetés. Loin du concept normé que certains voudraient exclusif, de nombreux récits illustrent au contraire la diversité des cellules familiales. Ainsi, The Ring Thing (Will Sullivan) s’interroge sur l’engagement, A Womb of their Own (Cyn Lubow) sur la paternité, Close-Knit (Naoko Ogigami) déconstruit les liens de sang pour mieux les reconstruire, Al Berto (Vicente Alves do Ó) explorant quant à lui l’utopie d’une famille choisie. Tous démontrent qu’il n’existe pas "une famille" mais "des familles", chacune légitimée par son identité.

Festival de cinéma militant mais festival de cinéma avant tout, CinéPride propose des films inédits (dont The Misandrists du radical Bruce LaBruce) et quatre avant-premières : Désobéissance de l'oscarisé Sebastián Lelio avec les stars Rachel Weisz et Rachel McAdams, la désobéissance du titre questionnant le libre arbitre, The Cakemaker d'Ofir Raul Graizer, subtile variation sur le deuil, le cannois Un couteau dans le cœur en présence de son réalisateur Yann Gonzalez et le très réussi (et très mystérieux) The Strange Ones du duo new-yorkais Christopher Radcliff et Lauren Wolkstein.

Débats, rencontres (à noter, la présence de Régine Abadia pour Entre Deux Sexes, son documentaire sur les intersexes) et moments festifs rythment ce rendez-vous incontournable qui s'inscrit pleinement dans la belle tradition des festivals cinéphiles nantais.

INFOS
Site du festival
Page Facebook

 

Rédigé par Pierre Guiho

Publié dans #Festivals, #Partenariat, #Culturopoing

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article