Mai 2017

Publié le 31 Mai 2017

Mai 2017

ON L'APPELLE JEEG ROBOT
Gabriele Mainetti

Ludique et foisonnant !
CRITIQUE

Bon coup - 8/10 • Au cinéma le 3 mai

 

LES INITIÉS
John Trengove

Mêlant rites initiatiques ancestraux et homosexualité clandestine, John Trengove construit un récit de regards croisés dans lequel mensonges, soumission et rébellion interrogent sur la masculinité et l'estime de soi. Soutenu par une mise en scène nerveuse et une interprétation sensible, ce premier long métrage venu d'Afrique du Sud impressionne par sa densité et sa maîtrise. Les initiés révèle doublement un cinéaste et un acteur, Nakhane Touré qui est également musicien et chanteur.

Bon coup - 7/10 • Au cinéma le 19 avril

 

OKE KISS
Ivan Cotroneo

Aux deux tiers de l'histoire, le film se tire littéralement une balle dans le pied en sacrifiant l'un de ses trois personnages dans un revirement scénaristique impossible qui vient ruiner tout ce qu'il avait construit jusque-là. Alors qu'on naviguait avec un réel plaisir dans les eaux contrastées d'un teen-movie pop sur l'amitié et le droit à la différence (n'évitant pas cependant quelques facilités - chacun des trois héros souffrant d'un trauma plutôt balèze... d'où leur rapprochement, ben oui), le récit use des pires clichés pour plonger tête baissée dans un dénouement dramatique aussi débile qu'improbable. La colère gagne et l'épilogue placebo ne vient pas l'atténuer.

Mauvais coup - 3/10 • Au cinéma le 26 avril

 

PLUS JAMAIS SEUL
Alex Anwandter

Un poème filmique sombre et audacieux
CRITIQUE

Bon coup - 7/10 • Au cinéma le 3 mai

 

GET OUT
Jordan Peele


Si le film ne réserve guère de surprises, il réussit à installer en son cœur un climat anxiogène relativement prégnant. D'un classicisme absolu, la mise en scène fait juste le job quand le scénario, d'abord solide, s'essouffle et accumule les approximations au moment où il devrait redoubler de perversion. Heureusement traité avec rythme, le final ne cherche pas à twister again and again façon Don't breathe. Honnête et recommandable, ce premier long métrage ne marquera cependant pas les esprits.

Assez bon coup - 6/10 • Au cinéma le 3 mai

 

TAPIS ROUGE
Kantarama Gahigiri et Frédéric Baillif

Une double aventure, humaine et cinématographique
CRITIQUE

Bon coup - 7/10 • Au cinéma le 10 mai

SAYONARA
Kôji Fukada

Un Memento Mori fragile et puissant
CRITIQUE

Bon coup - 7/10 • Au cinéma le 10 mai

 

LE CHRIST AVEUGLE
Christopher Murray

Mystique et terrien
CRITIQUE

Assez bon coup - 6/10 • Au cinéma le 10 mai

 

ALIEN : COVENANT
Ridley Scott


Beaucoup d'ennui, beaucoup trop de bestioles, des explications tordues, un prologue encore plus tordu, quelques bonnes scènes d'action... et finalement le seul personnage qui vaille, comme pour Prometheus, l'androïd interprété par Michael Fassbender, les autres n'intéressant personne... Ah si, belle prestation de James Franco !

Mauvais coup - 4/10 • Au cinéma le 10 mai

 

CINÉMA MON AMOUR
Alexandru Belc

Profession de foi
CRITIQUE

Assez bon coup - 6/10 • Au cinéma le 17 mai

 

LES FANTÔMES D'ISMAËL
Arnaud Desplechin


Quand Desplechin habille ses élucubrations de textures romanesques, il atteint des sommets (ses premiers films, le beau Trois souvenirs de ma jeunesse). À l'inverse, il ne donne à voir qu'une structure artificielle et dénervée (l'assommant Un conte de Noël). De cette seconde veine, d'une fausse complexité et finalement très confus, ce nouvel opus ne met en avant que la nature intellectuellement tourmentée d'un auteur qui ne sait pas être charnel. Si Gainsbourg et Cotillard font le job, Amalric, en roue libre, fait peine à voir dans le rôle d'un cinéaste à la limite de la caricature. Ni bon, ni franchement mauvais, le dernier Desplechin ne laissera qu'un souvenir brouillon, comme une vieille cuite.

Coup moyen - 5/10 • Au cinéma le 17 mai

 

DEPARTURE
Andrew Steggall

Voilà un film très embarrassant voire foncièrement déplaisant : une narration lourde avec ses non-dits très appuyés et une lenteur qu'on subit au lieu de la savourer, beaucoup de scènes impossibles, mal écrites, confuses voire ridicules venant ponctuer une histoire de famille qui ne revêt pas le moindre intérêt. Le tout baigne dans de belles images et une fausse pudeur certainement revendiquée mais constamment suspecte. Quant à la question homosexuelle, qui serait LE sujet du film, elle ne semble être là que pour montrer, par deux fois et brièvement, deux jeunes paires de fesses... c'est un peu juste. Alex Lawther reste néanmoins un acteur à suivre.

Mauvais coup - 3/10 • Au cinéma le 31 mai

Rédigé par Pierre Guiho

Publié dans #Mois par mois, #Bons coups, #Assez bons coups, #Mauvais coups

Repost 0
Commenter cet article