Mars 2017

Publié le 31 Mars 2017

Mars 2017

MATE-ME POR FAVOR
Anita Rocha da Silveira

Un mélange des genres réussi !
CRITIQUE

Bon coup - 8/10 • Au cinéma le 15 mars

 

JOURS DE FRANCE
Jérome Reybaud

Rendre l'impossible tangible
CRITIQUE

Bon coup - 8/10 • Au cinéma le 15 mars

 

TOMBÉ DU CIEL
Wissam Charaf

Beyrouth et ses fantômes
CRITIQUE

Bon coup - 7/10 • Au cinéma le 15 mars

 

20th CENTURY WOMEN
Mike Mills


Bonne idée de prendre quelques morceaux des Talking Heads ainsi que le single de Bowie de l'année pour illustrer 1979. Joli film par ailleurs, attendu et convenu mais mené avec maîtrise et sincérité. Et puis c'est l'occasion de retrouver Annette Bening, parfaite comme toujours et très bien entourée. Le film ne marquera cependant pas les mémoires.

Assez bon coup - 6/10 • Au cinéma le 1er mars

 

PARIS PIEDS NUS
Abel & Gordon


C'est toujours un peu la même chose, des personnages décalés, une histoire d'amour naïve, une gestuelle travaillée, quelques gags absurdes et souvent drôles, et voilà nos acteurs-cinéastes belges à nouveau comparés à Tati... Le film démarre bien puis s'essouffle très vite avant de prendre un rythme de croisière certes pas désagréable mais un peu mou. Rumba était plutôt chouette, La fée déjà décevant, celui-ci l'est tout autant. On est fort loin de Tati.

Coup moyen - 5/10 • Au cinéma le 8 mars

L'AUTRE CÔTÉ DE L'ESPOIR
Aki Kaurismäki

Puisant dans le burlesque et la fraternité de quoi lutter contre la violence des hommes, le cinéma de Kaurismäki transforme le réel en fables mélancoliques. Grandeur des cœurs et absurdité du monde se mêlent dans un ballet irréel mais pas abstrait qui redonne à la simplicité et au bon sens une place de choix. Très stylisé formellement, sobre narrativement et d'une ironie bienveillante, L'autre côté de l'espoir vient poursuivre le travail de son auteur sur la question des migrants. Porté par le charismatique Sherwan Haji, moins éblouissant que Le Havre, le nouveau film du cinéaste finlandais n'en demeure pas moins profond et beau.

Bon coup - 7/10 • Au cinéma le 15 mars

 

GRAVE
Julie Ducournau


Ça ressemble à un court métrage aux ambitions floues qu'ont aurait étiré sans davantage d'intentions afin d'en faire un truc vaguement sale et faussement subversif. Ça tourne à vide, sans épaisseur et sans point de vue avant de tomber à plat et de disparaître pour de bon dans un final ridicule. On sauvera une interprète convaincante et une mise en scène parfois inspirée, mais c'est tout.

Mauvais coup - 4/10 • Au cinéma le 15 mars

 

ZOOLOGIE
Ivan I. Tverdovsky

Baignant dans un bleu constant (décors, costumes, iris, mer), le film aborde la question de la différence de belle manière mais peine à donner corps à un récit qui n'étonne pas et n'exploite que très en surface sa veine fantastique. La fin est d'autant plus frustrante que la qualité de la mise en scène et la belle interprétation de Natalya Pavlenkova pouvaient donner vie à un film beaucoup plus audacieux.

Coup moyen - 5/10 • Au cinéma le 15 mars

 

THE LOST CITY OF Z
James Gray

Film d'aventure beaucoup plus introspectif que spectaculaire, The lost city of Z mêle quête intime et histoire d'un monde en plein bouleversement à travers le destin d'un explorateur obstiné. La narration est méticuleuse et juste mais demeure très académique, presque scolaire parfois. Absolument pas bluffant visuellement, le film tient par sa force romanesque et l'interprétation sans faille d'un casting parfait. Beaucoup de qualités donc, quelques belles scènes, un regard profondément humaniste mais un ennui latent, un sentiment de déjà-vu.

Assez bon coup - 6/10 • Au cinéma le 15 mars

WEREWOLF
Ashley McKenzie

Les personnages auraient pu se trouver dans le minibus d'American Honey mais le sort en a décidé autrement : le film fonctionne comme s'ils étaient condamnés d'avance. De fait, Werewolf est un anti American Honey, un film atone, sans souffle et sans issue. La narration plate et le non jeu des comédiens ne permettent pas la moindre empathie. Il semble que la cinéaste ait décidé de ne rien partager, ni avec ses personnages, ni avec les spectateurs, se complaisant dans la peinture artificielle d'une détresse fantasmée. La mise en scène est plutôt belle mais ça ne suffit pas.

Mauvais coup - 4/10 • Au cinéma le 22 mars

 

LONDON HOUSE
David Farr


La campagne de presse hasardeuse invoque Hitchcock et Polanski mais le compte n'y est pas. Si l'ensemble fonctionne bien, on regrette que l'exercice de style ultra référencé ne sorte pas du cadre et ne s'affranchisse jamais de ses encombrants modèles. Au final, on a affaire à un thriller bourgeois de bonne tenue mais sans surprise, il est vrai porté par une Clémence Poésy fort convaincante.

Assez bon coup - 6/10 • Au cinéma le 22 mars

 

ORPHELINE
Arnaud des Pallières

Un peu agaçant mais plutôt intéressant
CRITIQUE

Assez bon coup - 6/10 • Au cinéma le 29 mars

Rédigé par Pierre Guiho

Publié dans #Mois par mois, #Bons coups, #Mauvais coups, #Coups moyens, #Assez bons coups

Repost 0
Commenter cet article