Personal shopper

Publié le 18 Décembre 2016

Personal shopper

Est-ce un film de fantômes, un film sur Kristen Stewart, un film sur les fantômes de Kristen Stewart ? Un peu tout ça sans doute, Personal shopper vit et respire pour Kristen Stewart et son charisme exceptionnel, Olivier Assayas faisant alors plus que jamais du cinéma, puisque le cinéma c'est ça : filmer des actrices et capturer leur âme.

Elle est de tous les plans et de tous les instants, belle à se damner, subjuguante. Non content de la filmer, Assayas construit pour elle un récit fantastique dont il pose les bases dès les premières scènes. Dans une maison vide, Maureen cherche à entrer en relation avec Lewis, son jumeau mort d'une malformation cardiaque dont elle est également atteinte. Elle arpente les escaliers, traverse les pièces, se retourne, l'appelle, repart, revient... et c'est ce qu'elle fait durant tout le film : prendre des couloirs, des trains, emprunter des rues, entrer dans des magasins, des appartements, en ressortir, y entrer à nouveau, fantôme elle-même, nomade.

Assayas met en place une mécanique artificielle qui coupe son héroïne du monde et ne permet pas au spectateur d'être totalement avec elle. Le scénario n'est pas exempt de longueurs, de dialogues vides et de scènes inutiles (celle avec Anders Danielson Lie ne sert a rien), et pourtant le film captive. Il nous tient parce qu'il déroute et qu'il n'est pas confortable. Il nous accroche parce que Kristen Stewart nous happe.

La mise en scène est brillante. Assayas filme son actrice et le vide autour d'elle, les fantômes qui l'entourent, ceux qu'il nous montre et ceux que l'on ne voit pas. Mais que voyons-nous, que faut-il croire ?

Tout imparfait qu'il soit, Personal shopper est un film qui restera en mémoire, comme un rêve, un sentiment, un fantasme.

Rédigé par Pierre Guiho

Publié dans #Bons coups

Repost 0
Commenter cet article

Ornelune 06/01/2017 16:05

C'est vrai qu'on s'en fou que se soit un film imparfait et c'est vrai que Kristen Steward est ici, de passage comme un esprit, et belle à se damner.