Réparer les vivants

Publié le 11 Novembre 2016

Réparer les vivants

De la Ville Haute semblant flotter sur Le Havre endormi aux falaises lunaires d'Étretat, le prologue est en plein dans la vie de ce jeune homme de 17 ans qui part surfer avec ses amis. Puis la vie s'arrête.

Ce n'est pas un mélo, plutôt un docu-fiction aux informations précises, aux ellipses nettes, à la narration propre. Après le superbe Suzanne, Katell Quillévéré confirme ses talents de narratrice. Sans connaître le roman adapté, on imagine que le scénario lui est fidèle. C'est un film choral dans lequel chaque personnage montre un peu de lui, une sorte d'instantané, quelques minutes de sa vie. La vie étant au cœur du film, la mort aussi, cette construction en puzzle lui convient.

Il manque pourtant quelque-chose pour que le film emporte. La cinéaste évite le pathos mais sa mise en scène trop lisse n'arrive que très peu à faire naître les émotions. Si la démarche est bienveillante, si le spectateur est lui-même en empathie avec les personnages, si la question du don d'organe est abordée frontalement (et visuellement), le film ne réussit jamais à trouver son souffle. Il manque ici la puissance romanesque de Suzanne, et peut-être finalement la volonté de fouiller les personnages au-delà de leur utilité.

Le casting est pourtant excellent. Le poussif Kool Shen mis à part, chacun offre au film une présence unique. Tahar Rahim domine la distribution aux côtés de Bouli Lanners, Monia Choukri, Anne Dorval, Finnegan Oldfield, Alice Taglioni et la grande Dominique Blanc. On imagine que sans eux et ce qu'ils apportent tous dans des scènes souvent courtes, il ne resterait plus grand chose.

Réparer les vivants, malgré ses nombreuses qualités, laisse donc sur sa faim. Est-ce un film trop scolaire, voulant trop bien faire, vampirisé par son sujet ou noyé par la partition trop présente et guère inspirée d'Alexandre Desplat ? Quelles qu'en soient les raisons, le souffle n'est pas là et c'est dommage.

Rédigé par Pierre Guiho

Publié dans #Assez bons coups

Repost 0
Commenter cet article