Premier contact

Publié le 2 Novembre 2016

Premier contact

Pour sa première incursion dans le genre, Denis Villeneuve fait un retour aux sources en s'attachant aux deux mots "science" et "fiction" dans un récit sobre, précis et volontairement non spectaculaire.

Le court prologue laisse pourtant présager le pire. Reprenant On the nature of daylight de Max Richter (déjà présent sur la B.O. de Shutter Island), Villeneuve semble se prendre pour Malick. Il n'en est pourtant rien, le spectateur comprenant plus tard le sens de cette introduction pourtant discutable formellement.

Il s'agit donc pour la linguiste Louise Banks d'entrer en communication avec de mystérieux visiteurs extra terrestres dont l'un des vaisseaux est venu se "poser" aux États-Unis. Si le sujet est a priori complexe, la narration claire de Villeneuve crée pour le spectateur les conditions d'une immersion totale. On se passionne alors pour les méthodes empiriques de l'héroïne tout en se rapprochant d'elle et de son binôme, Ian Donnely.

Adapté d'une nouvelle de Ted Chiang, le film ne cherche surtout pas à nous perdre. Au contraire, balisant son récit d'avancées et d'indices, refusant le verbiage pseudo scientifique, ne nous assommant d'aucun bavardage inutile, très sobre formellement (belle plastique épurée des vaisseaux spatiaux, représentation subtile des visiteurs), Premier contact nous accompagne tout en faisant prendre au récit une direction aussi puissante qu'inattendue. Les portes d'un autre monde s'ouvrent alors pour le spectateur, le film se faisant messager, initiateur, guide.

L'interprétation d'Amy Adams et de Jeremy Renner est en parfaite symbiose avec le traitement narratif. Sobres mais habités, ils donnent à leurs personnages la profondeur et la crédibilité indispensables à l'histoire. Les personnages secondaires semblant d'abord très en retrait, construisent un maillage discret qui enrichit le propos sans l'alourdir. On mesure ainsi toute la volonté du cinéaste d'épurer le film afin de le rendre fluide et de retrouver le plaisir premier de la science fiction, celui de l'aventure, de la quête et de la découverte.

Très attendu pour sa réinterprétation de Blade runner, Denis Villeneuve propose avec Premier contact son meilleur film à ce jour.

> Vu en avant-première lors de la 17e édition du Festival International de Science Fiction de Nantes, LES UTOPIALES.

Rédigé par Pierre Guiho

Publié dans #Bons coups, #Avant première

Repost 0
Commenter cet article

Ornelune 06/01/2017 15:51

Pas parfait mais une très bonne surprise. Et qu'il imite Malick sur quelques scènes singulières ne me gêne pas (j'ai trouvé cette critique ailleurs pourtant ces instants fugaces sont très beaux). Ce qui est intriguant c'est qu'il semble livrerles clés de l'intimité de Banks, sa vie, ses espoirs et ses malheurs, dès la première séquence... comme s'il s'agissait de s'en débarrasser ou au contraire de fonder le récit dessus. Le reste n'en est que plus captivant.